La Performance du portefeuille de notre club d'investissement

Au 10 novembre 2017, après
8 ans et 352 jours :
+934,41%
(rendement réel obtenu après impôts et frais de transactions sans recours à un quelconque levier)
Sur la même période, l'ETF Lyxor® MSCI World (tracker sur indice mondial) :
+180,79%

C'est quoi ce mauvais conseil d'achat que vous avez fait?


samedi 19 novembre 2011

Eh bien oui, cher(e) lecteur(trice), on est comme ça dans l’équipe des daubasses : non seulement, nous apprécions les encouragements et les remarques positives que nous recevons, mais nous ne cachons pas non plus les critiques éventuelles de nos abonnés : elles peuvent nous permettre de nous remettre en question ou, à tout le moins, de repréciser certains points de notre approche qui n’auraient pas été compris.

Voici donc un mail que nous avons reçu de l’un d’entre eux :

Bonsoir,

J'ai eu le malheur de vous suivre suite à vos achats de X et Y ; je vous ai d'ailleurs fait une remarque sur l'achat de X dont le timing était très mauvais. J’en suis sorti aujourd'hui sans regret (-10% de perte sur cet achat, je m'en sors bien). Il me reste Y et là je suis très inquiet (déjà -25%). Sur le coup, je vous ai suivi sans regarder la situation et qu'elle n'a pas été ma surprise quand j'ai vu que l'achat s'est fait au plus haut depuis plus d'un an; vraiment, là, vous n'avez pas été bon; déjà -15% en une journée. Excusez-moi mais je suis en pétard par rapport à ce conseil.

Cordialement.

Ce mail nous permet de rappeler aux lecteurs récents quelques points fondamentaux dans notre approche.

Le premier point, c’est que nous ne donnons aucun conseil : nous disons ce que nous faisons, pourquoi nous le faisons mais certainement pas ce que nos lecteurs doivent faire. Ce n’est pas parce que nous achetons tel ou tel titre qui répond parfaitement à nos tempéraments, notre philosophie, nos compétences et nos objectifs que ce même titre convient à ceux qui nous lisent. Simplement, il s’agit d’idées à creuser mais qui ne dispensent pas nos lecteurs de faire leurs propres devoirs afin de vérifier que cet investissement est aussi en adéquation avec leur approche.

Ensuite et surtout, nous ne faisons pas de timing. Un titre qui a dévissé pour atteindre une valorisation ridicule ne va pas nécessairement se mettre à monter simplement parce que la célébrissime équipe des daubasses l’a acheté. Il peut très bien continuer sa descente et présenter des valorisations encore plus ridicules.

Nous avons connu ce genre de chose avec Tuesday Morning par exemple : nous avions acheté cette société le 26 novembre à un coût de revient, frais inclus, de 1,08 usd. Quelques semaines plus tard, l’action avait perdu plus de 50 %. Et pourtant, nous n’avons pas sombré dans les affres et les angoisses et pour tout vous avouer, nous n’avions même accordé qu’une attention minime à cet évènement.

Pourquoi ? Parce que nous mettons en pratique les deux règles essentielles prônées par le grand maître Warren Buffett qui sont : « ne pas perdre de l’argent » et « surtout ne jamais oublier cette première règle ».

Pour mettre en pratique ces deux règles de l’oracle d’Omaha, nous vous renvoyons à cet article dans lequel nous rappelons quelques fondamentaux de l’investissement « value » tel que nous le concevons.

Mais nous voulons aussi vous rappeler les quatre points cardinaux de notre approche (qui ne sont en réalité que 3) :

- Nous n’achetons que des sociétés qui proposent un bon collatéral tangible en garantie de notre investissement

- Nous n’investissons jamais plus de 3,3 % de notre portefeuille sur une seule ligne

- Nous n’achetons que des sociétés pas ou que très faiblement endettées


Pour revenir à Tuesday Morning, si l’action a bel et bien perdu près de 50 % après notre achat, nous l’avons néanmoins revendue six mois plus tard à un prix représentant plus de trois fois notre coût d'achat.

Il y a d’autres exemples au sein de notre portefeuille : Dane Elec qui a perdu 20 % après notre achat avant d’être revendue au double de notre PRU, Eon Communication passé par la case « - 30 % » avant un quadruplement de son cours ou Retractable Technologies dont le plus bas se situa 25 % sous notre cours d’achat avant de nous permettre de doubler le montant de notre investissement.

Tout ceci pour dire que nous sommes sincèrement désolés de la déception de notre abonné… mais absolument pas par les deux achats que nous avons réalisés car ils répondent chacun parfaitement aux trois points cardinaux que nous avons évoqués ci-dessus. Certes, l’application de ces règles ne nous met pas « à coup sûr » à l’abri d’un déboire, peut-être même qu’il s’agit là de mauvais investissements… Mais nous avons la conviction dans ce cas que ce n’est pas l’évolution à court terme de la valorisation qu’en fait Mr Market qui nous l’indiquera.


Revenir à la page précédente