La Performance du portefeuille de notre club d'investissement

Au 17 novembre 2017, après
8 ans et 359 jours :
+923,96%
(rendement réel obtenu après impôts et frais de transactions sans recours à un quelconque levier)
Sur la même période, l'ETF Lyxor® MSCI World (tracker sur indice mondial) :
+177,57%

Découvrez nos offres sans plus tarder!

 

Ancien exemplaire de notre Lettre Boursière

Les différents paniers pour ranger nos oeufs


29 avril 2012

Comme vous le savez, nous prônons la diversification pour notre portefeuille. Celle-ci présente deux vertus :

- La première, nous vous l’avons déjà expliqué à plusieurs reprises, nous protège contre une erreur lourde de raisonnement de notre part sur une société particulière ;

- La deuxième nous permet de nous protéger contre un quelconque évènement macro-économique. Comme vous le savez, nous nous estimons incapables de prédire les grands évènements qui pourraient avoir un impact sur nos investissements.  Cette optique, une diversification sur plusieurs devises, secteurs et zones géographiques nous permet de limiter les dégâts dans le cas où un « cataclysme » imprévu surviendrait. Bon, c’est vrai, en cas de collision avec un astéroïde géant, notre diversification ne nous servira à rien… mais notre épargne non plus d’ailleurs.

Sur notre blog, nous aimons à répéter que nous ne conseillons rien à personne mais simplement ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons.  

« OK les gars des daubasses ! Vous venez de dire le « pourquoi » de la diversification mais dans les faits, est-ce que vous suivez ce précepte ? »

Absolument ami(e) lecteur(trice) et nous vous le démontrons tout de suite.

Tout d’abord, nous vous proposons la répartition de notre portefeuille par devise de cotation. En réalité, la diversification en devise est peu importante puisque une bonne part de nos sociétés exercent des activités en dehors de leur pays de cotation. Néanmoins cette première présentation vous donne déjà un petit aperçu de la situation.





répartition du portefeuille en devises de cotation




Passons maintenant à la diversification géographique. Nous vous proposons cette répartition en fonction des pays dans lesquels chacune de nos sociétés détient son siège d’exploitation principal (ce qui ne correspond pas nécessairement à son pays de cotation, ni même à son siège social).  Lorsqu’une de nos sociétés exerce très clairement ses activités sur deux pays différents, nous avons réparti son poids sur ces deux pays.  Enfin, nous avons tenu compte aussi de notre exposition sur des sociétés au travers de nos engagements d’achat en options.





diversification géographique du portefeuille




Si nous voulons analyser la composition de notre portefeuille par rapport à celle du MSCI World AC (notre indice de comparaison), nous constatons que les USA, le Japon, la Chine et la Suisse sont sous pondérés, UK et le Canada pèsent un poids à peu près équivalent et la France, l’Italie et les « petits émergents »(ou pays « frontières ») sont largement sur pondérés. Rappelons que ces différents poids ne résultent pas d’une quelconque stratégie macro économique, juste d’une volonté de diversifier au gré des opportunités « deep value » que nous rencontrons lors des battues que nous menons lorsque nous tentons de capturer les plus belles daubasses.

A présent, cher(e) lecteur(trice), êtes-vous convaincu que nous disons ce que nous faisons mais aussi faisons ce que nous disons ?


Revenir à la page précédente