La Performance du portefeuille de notre club d'investissement

Au 10 novembre 2017, après
8 ans et 352 jours :
+934,41%
(rendement réel obtenu après impôts et frais de transactions sans recours à un quelconque levier)
Sur la même période, l'ETF Lyxor® MSCI World (tracker sur indice mondial) :
+180,79%

Découvrez nos offres sans plus tarder!

 

Ancien exemplaire de notre Lettre Boursière

Le marché va-t-il nous obliger à nous mettre au « day trading » ?


18 décembre 2011

Les plus attentifs parmi vous auront remarqué que, la semaine dernière, nous avons vendu notre ligne en Conn’s. Comme d’habitude, nos abonnés ont été avertis en temps réel de cette opération.

Le rendement final en euros et frais de courtage inclus est de 134 % et ce, en moins de 18 mois, ce qui devrait nous procurer une joie incommensurable, surtout en cette période de sentiments plutôt glacials et déprimants pour tout ce qui ressemble de près ou de loin à une action.

La conclusion d’un « bagger » est toujours source d’un sentiment de satisfaction, de devoir accompli et aussi, reconnaissons-le, d’une petite poussée de vanité. Mais... chuuuutttt... ne le répétez à personne.

Néanmoins, dans le cas présent, nous ressentons un léger... comment dire... énervement ?

Laissez nous vous expliquer...

Le 5 décembre, le cours de l’action de notre « distributeur d’électronique grand public » culminait à plus de 12 dollars, ne nous laissant plus aucune marge de sécurité sur son actif tangible.

Fidèles à notre technique, nous avions placé un stop loss au cours de 10,53 usd avec pour objectif de tenter d’accompagner encore la hausse au cas où Mr Market surferait sur une vague d’optimisme béat au milieu d’un océan de déprime. Et ce fut raté...

En effet, le 8 décembre, le stop était enfoncé et notre vente réalisée au cours de 10,25 usd. Mais le plus frustrant, c’est que moins d’une demi-heure après cette vente, le cours avait repris plus de 12 % !

A croire que « quelqu’un » avait vu notre stop et avait lancé une série de ventes ATP juste pour nous ennuyer et pour pêcher nos quelques malheureuses actions.

Ce qui est frustrant, c’est que ce n’est pas la première fois que pareille mésaventure nous arrive.

Nous nous demandons quand même si nous ne devrions pas légèrement modifier notre tactique et placer des stops « mentaux ». Certes, cette approche sera plus contraignante et nous obligera à regarder nos comptes de trading plus fréquemment que nous ne le faisions jusqu’à présent : en effet, pour l’heure, deux ou trois consultations des cours par semaine suffisent largement à nous remplir de bonheur. Mais comme on obtient rien sans labeur, il nous faudra peut-être passer outre à nos habitudes « pépères » et nous rapprocher de l’attitude du « day trader » du moins lorsque la hausse des cours d’une action déterminée aura réduit la marge de sécurité à néant. C’est contre notre nature mais ce sera peut-être un passage obligé pour optimaliser nos ventes.


Revenir à la page précédente